Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Thierry Grave

100 FOIS SUR L'ETABLI...

10 Février 2010 , Rédigé par Thierry Grave

Les jambes ne me satisfaisaient pas. Je les ai reprises. En fait je désirerais qu'elles aient quelque chose de naïf, et rendre des jambes expressives n'a rien d'évident. Le visage, les mains, dans leurs mouvements, sont expressifs comme un discours, les jambes, les genoux, les épaules, c'est par leur simple apparence. Alors, pour concilier credibilite, joliesse et expression, je vous laisse imaginer par ou je passe ...P2100106.JPGEn particulier, les mollets continuent de me poser problème ainsi que le chevilles et l'arrière du genou.

P2100108
Le genou, vu de devant va mieux. C'est pas tout a fait en place mais c'est bien crédible. Il faudrait maintenant qu'il soit plus rond et "attachant" en gardant du dynamisme... J'attends, tout travaillant, le coup de chance.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cléo 12/02/2010 21:13


.... et les Saints de Glace ... pour le dessert :-) !?


marcel Dupuis 12/02/2010 19:51


Auras-tu fini pour qu'ils puissent fêter la saint Valentin ?
A propos je t'adresse le plus long commentaire que tu n'as jamais eu; pour le fun

Comme c’est bientôt la Saint Valentin, alors je me suis creusé les méninges en consultant mon calendrier ;
Parmi les saints qui ont retenu mon attention, j’ai noté :

- Les trois faux mages (de Hollande), passablement laxistes et que l’église taxe d’être trop coulants : St Paulin, St Marcellin et St Florentin
- St Claude dont l’instrument symbolique bien connu et le savoir faire apprécié ont fait les beaux jours de certains établissements particulièrement bien fréquentés avant qu’ils ne soient condamnés
par Marthe Richard, la fameuse Veuve qui clôt.
- St Lazare audacieux, certes, mais victime de son succès, sans crier gare.
- Ste Honorine, très contestée par le Vatican et qui fut tourmentée par un conflit (demeuré dans les annales sous l’étiquette du conflit Ste Honorine)
- St Urbain qu’on ne présente plus, toujours à la tâche ; patron des syndicats.
- Ste Olive (goûteuse et rondelette) avec St Olivier (dur de la feuille) admis au sein de l’église parmi les huiles cléricales.
- St Honoré duquel on fait tout un plat et qui reste une bonne pâte parmi la crème des hommes.
- St Irénée, surnommé « le divin enfant », affublé d’une médiocre chanson où l’on évoque un passé qu’il n’a pas accompli, car il n’a jamais joué d’accordéon ni d’instrument à anche double (« jouez
hautbois, résonnez musette » ; alors que tout petit, en fait, il se contentait de jouer au bois, sans raison née ni musette pour son quatre heures. Les historiens font parfois d’énormes gaffes)
- St Thibaut : patron de nos amis les rapatriés d’Afrique du nord, dont l’expression maternelle favorite en hommage à ce saint reste toujours une référence et un encouragement à suivre l’exemple de
ce brave homme : « comme Thibaut mon fils ! »)
- St Jacques : patron des imprimeurs et que l’on invoque au terme d’un article avant parution afin d’éviter les coquilles. A classer parmi les noix d’honneur du Canard Enchaîné.
- St Amour qui accompagne bien volontiers nos trois faux mages en verre et contre tout (St Paulin, St Marcellin, St Florentin), sachant demeurer jovial à un degré raisonnable sans pour autant en
faire tout un plat.
- Ste Hélène disparue à tout jamais dans son île après l’effondrement de son bon appartement chaud.
- St Fiacre, toujours trottinant, jovial, la bride sur le cou, un bon cheval en somme.
- St Narcisse, né nu phare de son époque. Voilà un homme qui a su se prendre en main ; un bel exemple pour notre jeunesse qui n’a plus goût à rien, qui ne sait plus s’immerger dans l’essentiel et
qui préfère le shit aux glaces.
- St Bienvenu, qui a plus d’un tour dans son sac ; Ermite du Mont Parnasse. On retiendra de lui un travail acharné, mais trop.
- St Geoffroy, assez distant et qui a, malheureusement, toujours manqué de chaleur.
- St Ambroise, paré pour l’aventure, avide de découvertes mais à la santé fragile.
- Ste Larissa, patronne du couscous et qui ne manque pas de piquant ; hélas, elle nous laisse trop souvent dans la semoule.
- Terminons par Saint Robert provisoirement délaissé à cause de son père et de sa mère Yvette qui ne s’entendent pas. En effet, le père de Robert ne sait plus à quel sein se vouer depuis qu’il a
flanqué une gif sur Yvette.

- Laissons le soin à St Marcel de nous confirmer que la vérité est encore et toujours au fond Dupuis


Thierry Grave 13/02/2010 15:40


Ne manque plus que le Bon Dieu. Grace a toi nous avons deja tout le Saint Frusquin. Et avec quel brio!


elisa villari 11/02/2010 12:15


hommage à Rohmer


Marcel Dupuis 10/02/2010 22:50


Avec ces problèmes de genoux tu vas finir sur les rotules !


Thierry Grave 11/02/2010 11:34





elisa 10/02/2010 22:07


le genou de Claire


Thierry Grave 11/02/2010 11:33


Commentaire de cinephile.